Freedom Legacy...

    Partagez

    La Vision
    Vautour

    Nombre de messages : 8
    Né le : 1987-09-16
    Région : 82
    Date d'inscription : 29/11/2005

    Freedom Legacy...

    Message par La Vision le Ven 03 Mar 2006, 01:29

    C'est une nuit d'orage sur Paragon City.Vous connaissez Paragon City ?
    Evidemment, puisque c'est une des metropoles qui existent depuis si longtemps qu'elles sont devenues presque aussi importantes que certains Etats.
    Et si vous connaissez Paragon City, alors vous connaissez tres certainement l'etre le plus singulier qui puisse y vivre. Je veux parler de Constantine. Cela n'apparait pas à premiere vue, mais cet individu est un heros. Sous son physique chetif et son apparence fragile, se cache en fait un etre doué d'une force physique impressionante, et d'une invulnerabilite maintes fois prouvée.
    Et donc, si vous savez qui est Constantine, vous ne devez pas ignorer l'existence de tous les autres. En effet, il a rencontré il y a peu de temps, quatre autres individus, avec qui il s'est plus ou moins lié, et avec qui il a reussi à sauver la ville d'une terrible menace.
    Il a tout d'abord rencontré Paul, on s'en souvient, dans d'assez droles circonstances. Ce dernier est medecin dans sa vie, et il est doté d'un pouvoir plutot etrange qui le lie au regne végétal, d'où il tire une tres grande force. Un peu plus tard, il croisé la route d'Azazel, un homme etrange à la peau rouge et au front orné de cornes, et doué du don d'ubiquité, puis celle de Zakharya, un scientifique qui semble trouver son energie dans les ultraviolets. A ceux là est venus s'ajouter Jephet, qui etait dans le camp ennemi, avant de rejoindre nos heros.

    Ces cinq là, apres avoir demantelé l'organisation nommée L'Ombre, sans se le dire de maniere explicite, b'ont pas interrompu leur collaboration, tissant meme des liens d'amitié, et restant prets à lutter contre le mal.

    Cette nuit, l'action se porte sur Azazel. Toute sa vie, il a érré dans le monde entier, cherchant un point d'ancrage, quelquechose qui le lierait à cette vie cruelle que lui ont conféré sa peau et ses cornes. Il a depuis peu elu domicile à Paragon City, pensant avoir trouvé quelquechose qui en vaille la peine, c'est-à-dire des amis.

    Cette nuit, il pleut des cordes, mais cela ne derange pas notre demon ecalate. Son attention est portée sur un batiment.
    On est assez loin du centre ville et de ses grattes-ciel, mais les immeubles sont tout de meme assez hauts. Le batiments que surveille Azazel semble plutot vetuste: en effet, toutes les issues de la facade sont condamnées, et il est à premiere vue impossible d'y penetrer. Mais lorsque notre demon voit deuxhommes à l'allure patibulaire y entrer chaque jour à la meme heure, par une sortie de secours demeurée intacte, force est pour leui de mobiliser son attention sur ledit immeuble.

    Notre heros ajuste sa capuche, tandis que la pluie redouble d'intensité, comme pour laver la ville des crimes qui y sont commis en permanence
    "-Comment y entrer?" se dit-il. "Toutes les issues sont condamnées, et la sortie de secours doit etre suveillée.... tant pis, je vais faire une entrée en force, lorsque les deux gras arriveront.."
    Justement, les deux hommes sont au rendez vous. Il y en a un blond, de petite taille et un autre chauve, à l'allure nerveuse. Ils tournent au coin de la rue, pour s'engouffrer dans la ruelle. D'un pas rapide, ils s'arretent devant l'issue de secours.

    Pa de surprise pour nous, car l'ecarlate est deja devant la porte. Stupeur des deux acolytes, qui degainent deus lames, comme ils le font sans doute pour intimider leurs proies habituelles. Mais comme chacun sait, Azazel n'est pas de ceux qu'une lame, meme de la taille d'un avant bras, est sensée effrayer. Il degaine à son tour son sabre, et les deux brutes comprennent la difference qu'il y a entre eux et Azazel.

    "-Desolé les gars, je crois que vous allez devoir vous calmer....
    -T'es qui, toi?
    -Un type qui voudrait savoir ce que vous cachez dans ce batiment
    -C'est pas tes affaires, repond l'autre imprudent" Azazel, irrité, aproche la lame de son sabre sous la gorge de son interlocuteur, en la faisant danser dangereusement d'un bout à l'autre. Apeuré, le voyou avoue sans plus de formalités.
    -C'est bon, c'est bon... on a un atelier, on y fait travailler des clandestins, au sous sol....". Il n'en faut pas plus à Azazel pour agir.

    Decidement, il n'a de cesse de constater l'ampleur de la misere humaine, surtout dans cette ville immense, ogressere'doutable qui engloutit quiconque n'y prend pas garde. L'Homme est né pour exploiter l'Homme, pour Azazel cela ne fait desormais aucun doute.
    Notre demon rouge en vient à se demander si une egalité entre les hommes est reelement possible, envisageable. Les riches font travailler les pauvres sans se soucier de leur sort; ils en viennent meme à considerer ces etres eperdus, malingres et sans espoirs comme une simple source de richesse. Et de l'autre coté, les pauvres se lamentent sur leur sort, protestant parfois. Mais il y voit clair, les velleites de contestations qui animent les pauvres ne trahissent en fait qu'une volonté egoiste d'etre riches à la place des riches. Si les forts accablent les faibles, mais que les faiblent n'ont de cesse de ruminer leur ressentiments et de fantasmer à les detroner, alors il est clair que l'egalité ne sera pas possible.....
    Et si, pense-t-il, il arrive à defaire le reseau d'ateliers clandestins, de vente de drogue et de prostitution qui commence à s'etendre sur la ville, qu'est ce qui lui dit que ce sera terminé? Comment etre sur d'eradiquer le crime de maniere definitive?
    Azazel a parfois l'impression de consacrer son temps à une cause illusoire. En effet pour etre certain que le mal et la corruption ne reapparaissent pas, le moyen le plus sur serait de supprimer toute fore de liberté, et d'aneantir la volonté de l'individu. Consatntine, lorsqu'il est dans ses mauvais jours, eructe sans cesse qu'il faudrait lobotomiser tout individu qui aurait violé la loi pour la premiere fois de sa vie. Evidemment, notre heros, ni aucun de ses compagnons, n'est de cet avis. Ils se battent justement pour que l'on puisse vivre mieux sans en arriver là.
    *******
    Azazel arrive donc seul, apres avoir assomé consciencieusement les deux acolytes. Le seuil franchi, notre ecarlate est frappé par l'insalubrité des lieux.
    Il est au rez-de-chaussée, et il regne deja une athmosphere pesante; on pourrait presque entendre les bruits des machines dans le sous sol. Il ne monte pas verifier la presence de gardes en haut. L'ideal serait de pouvoir evacuer les pauvres petits mexicains sans attirer l'attention d'eventuels gardes, car se battre en presence de civils n'est pas quelquechose de recommandé par l'experience. Notre heros raisonne rarement de maniere empirique, mais force est de constater la logique de cette reaction.

    La furtivite est de mise, donc. Azazel entre donc à pas feutrés, prenant l'escalier en s'enfoncant dans le sous-sol. Apres quelques dizaines de marches, Il debouche sur un hangar, une sorte de cave amenagée en atelier, comme le disait l'autre type. Des dizaines d'individus, indisemblables au premier regard, lui tournent le dos, affairés à leurs machines à coudre. Au plafond, des neons diffusent une lumiere blafarde, qui rend l'ambiance juste un peu plus oppressante. Les ronronements perpetuels couvrent à peine les cris des quatres negriers presents dans la salle.

    De la ou il se trouve, notre heros ne peut etre vu par aucun des garde, qui se trouvent chacun à un coin de la salle.
    Tout d'abord, l'ecarlate se faufile dans la premiere rangée, la plus accessible depuis l'entrée. Un des ouvriers le remarque, et marque un sursaut, que le garde remarque de suite.
    "-On ne traine pas, Juanito: plus vite que ça!
    -Escoussez moi, missiou, yé mé soui piqué avéc oune aiguille..." Le garde ne releve pas, et laisse Juanito à son travail. C'est l'occasion revée pour Azazel de neutraliser le premier garde. Il se leve, tourné vers ce dernier. L' effet de surprise est terrible. L'ecarlate use alors de son principal atout: l'ubiquité, qui se traduit par un deplacement instantané, au sens litteral du terme. A peine l'image du demon imprimée dans la retine du negrier-exploiteur-de-clandestins, celui-ci est deja devant lui, et le frappe d'un coude à la tempe. Pour l'instant, personne n'a rien remarqué. Les ouvriers sont otujous absorbés par leur travail, à croire qu'ils sont venus de leur plein gré exercer ce passionant metier..

    Notre heros continue son chemin à travers les rangées de l'atelier. Il atteint le second garde. Il lui faut faire vite, sans attendre que les trois autres se reveillent, et sonnent l'alarme. C'est pourquoi il decide d'agir dans la foulée. Neutraliser plusieurs hommes est chose facile pour qui peut etre à plusieurs endroits simultanement.
    Notre heros effectue donc ses deplacements alternatifs, assomant tour à tour les gardes restants, qui s'ecroulent foudroyés par la vitesse de notre demon.

    Mais surprise pour Azazel, l'alarme st donnée malgré tous ses efforts de discretion.
    "-Sortez! sortez vite! dit-il en s'adressant aux clandestins, qui ne reagissent pas.
    -Depechez vous, si vous voulez etre libres!
    -Nous né voulons pas etre libres, nous voulons jouste travailler, pour vivre! Nous dévons nourrir nos familles, nous dévons rester ici, etranger!"

    Mais la discussion est interompue par un enorme vacarme. Un choc sourd, qui provoque la panique chez tous les clandestins. Tous desertent leurs postes, courant dans tous les sens. A l'entree de la piece, surgissent deux individus. Notre heros devine que ces deux la ne sont pas ordinaires...

    Voilà, esperons que cette fois ci quelqu'un le lira... ça vous plait?

    La Vision
    Vautour

    Nombre de messages : 8
    Né le : 1987-09-16
    Région : 82
    Date d'inscription : 29/11/2005

    Re: Freedom Legacy...

    Message par La Vision le Ven 03 Mar 2006, 01:29

    Episode 2:

    L'un des deux s'avance vers notre heros. Il porte des vetements peu communs, d'un style assez sobre, plus pratique qu'esthetique. un pas assuré, qui revel de bien mauvaises intentions. Des traits creusés, des cheveus fins tirés en arriere, et de fines levres qui sont liées dans un rictus inquietant.

    "-on savait que tu viendrais
    -je peux savoir qui tu es?
    -ça ne doit pas t'interesser. Disons que mes employeurs du moment sont irrités par les troubles que tu causes à leur affaires, et m'ont chargé de leur ramener ta tete.
    -La mafia de Paragon City?
    -Je ne peux pas t'en dire plus,...nous avons ordre de vous tuer, toi et tes amis!"
    Deja, tous les clandestins sont sortis de la piece, poussées par la panique. Azazel est deja preparé au combat. Il s'annonce apparement à deux contre un, bien que le second n'ait pas esquissé le moindre mouvement.
    "Pour ton information, je m'appelle Wong, juste pour que tu saches le nom de ton meurtrier". en disant cela, le denommé Wong tend la main vers l'ecarlate, qui deploie automatiquement sa garde. Il se produit alors un terrible fracas. Notre heros sens une irresistible pression vers l'arriere, et il est projeté contre le mur du fond, sans pouvoir opposer la moindre resistance.
    Mais il es toujours conscient. Il tente de se relever, et de reprendre son sabre en main. Impossible: une nouvelle vague l'emporte, detruisant le mur.

    Il se retrouve alors dans une autre piece, identique à la precedente. Les deux premieres attaques l'ont eprouvé, mais il reste lucide. Les rangées de tables sont disposées exactement comme dans la premiere piece. Il decide de se cacher derriere une table de la rangée du millieux. Pendant que ses deux adversaires arrivent, Azazel a le temps de verifier ses blessures: aucun degat, ni meme aucune douleur. L'attaque de Wong consiste donc en une simple poussée, sans autre effet que le recul. Cepandant, il ne doit pas sous-estimer ses adversiares, qui sont aparement des tueurs à gage determinés.
    Notre heros prepae deja sa contre attaque. L'adversaire ne connait probablement pas sa capacité principale. Il est donc temps de se menager e d'en faire bon usage.

    Wong ne perd pas de temps.Avec sa paume infernale, il detruit la premiere rangée de tables; mauvais choix! notre ecarlate n'y est pas. Le tueur se reprend et frappe la rangée du millieux. Azazel sens le souffle de l'attaque arriver; les premeires tables volent deja en eclat, mais notre demon est deja derriere Wong, qui s'ecroule apres avoir ete frappé par sa cible. Mais cela ne destabilise pas les deux tueurs; le deuxime ennemi a comblé la breche, et se saisit de notre heros.
    L'ecarlate est pris dans les filets de l'ennemi! Il reussit neanmoins à s'echapper, non sans passer à travers trois murs, pour enfin se retouver dehors.

    Notre heros rouge reprend son souffle, en regardant arriver le second tueur. Celui ci ne semble pas avoir de capacités extraordinaires, bien qu'il soit tres dangeureux.
    Le combat reprend de plus belle, entre les coups portées d'une part et d'autre, et les murs, cheminées et autres obstacles qui volent en eclat sous la pression de la paume infernale de Wong.
    L'affrontement dure, mais le constat est evident: Azael est en position d'inferiorite, et sa marge de manoeuvre est reduite à esquiver les rafale du premier, et d'encaisser les coups du second. Leur timming est pafait, et aucune faiblesse ne transparait. Pour les vaincreil faudrait se rapprocher a tous prix de Wong et tenir à distance le second. Pour l'insant, notre ecarlate est dissimulé, tentant de reprendre son souffle.

    Comment faire?Azazel doit se battre quoi qu'il arrive. D'apres Wong, ses amis aussi sont en danger, alors il doit survivre. Il lui faut absolument trouver les ressources necessaires pour la victoire. A l'heure qu'il est, Constantine, Paul, Zakharya et Jephet doivent aussi se debrouiller seuls pour se tirer de situations similaires. "Voilà ce qui arrive quand on est gentil et qu'on contrarie les mechants"se dit Azazel.
    Ses deux adversaires le cherchent, sur un toit voisin. C'est le terrian idela pour adopter une startegie de frappes ponctuelles. Notre heros n'a cas se servir de son deplacement instantané pour frapper les deux tueurs et se cacher derriere n'importe quel obstacle.
    La pression est terrible. L'ecarlate ne pensait pas qu'etre traqué de cette maniere epuisait tellement le psychisme. Notre demon se decide à lancer sa premiere contre attaque. Sans deplacer un souffle, il se retrouve entre ses deux ennemis, frappant comme l'eclair. Wong riposte imediatement, mais il,frappe seulement une image imprimée dans sa retine, car ledemon est deja parti.

    Azazel ne s'arrette pas là, il frape deux fois de suite, sans que ses adversaires ne puissent preparer la moindre riposte. Wong et son acolytes ne peuvent pas anticiper les mouvements de notre demon, car ceux ci sont instantanés: il ne se deplace pas à proprement parler, mais aparait directement à l'endroit desiré. Wong a beau detruire tous les obstacles pouvant sevir de refuge à sa cible, rien n'y fait. Azazel a desormais trouvé comment eviter l'attaque de Wong.

    Le temps tourne en sa faveur, mais il ne faut pas laisser l'adversaire se reprendre et trouver ue parade apropriée.
    Les deux tueurs sont desormais sur les nerfs. Tout dans leur attitude montre qu'ils regrettent d'avoir sous estimé leur cible.
    "-Montre-toi! ne m'oblige pas à te faire sortir" mais les menaces restent sans effet, et les coups continuent de pleuvoir.
    Constatant leur impuissance, les deux tueurs decident de se separer, et partent dans des directions opposées.
    "-On entre donc dans une autre phase du combat, se dit Azazel. C'est la fin, je vais pouoir les neutraliser un par un desormais!"
    Notre ecarlate favori se faufile donc vers Wong. Sans son acolyte, l'assasin ne fait clairement plus le poids face à lui.

    Finalement, cette situaion l'amene à rviser son jugement.Ces deux la sont peut etre forts, mais comment deux professionels auraient ils pu se mettre dans une situation aussi delicate?
    Soucieux d'en finir le plus rapidement possible, Azazel fond sur sa proie, depuis un angle mort. Tous deux roulent dans une etreinte guerriere, qui les mene au bord du toit. Mais Wong se reprend et projette notre heros quelques pas plus loin.
    "Tu aurais du fuir tant que tu le pouvais!tu t'es bien defendue, mais ça ne me fait plus rire. Tu vas mourir!" Sur ces belles paroles, Wong met toute sa hargne dans sa paume infernale.
    Inutile,car Azazel a saisi le timming de l'attaque. Pas de chance pour Wong, l'ecarlate est deja à coté de lui, et l'a saisi avec une cle de bras, et un etranglement. Tres vite, il declare forfait.
    "-Bon, reprenos ou on en etait... qui t'as payé pour avoir ma tete?
    -Je ne sais pas, jet ejure que je sais pas..
    -fais un effort, dit le demon en reserrant son etreinte.
    -c'est le caid qui regne dans cette partie de la ville...
    -comment l'appelle-t-on?
    -argh, ils me tueront si je te le dit!
    -tu crois qu'il va t'arriver quoi, là?
    -Morello, voilà son nom!
    -on y arrive;"
    Sur ces breves paroles, arrive l'acolyte de Wong.Malheureusement pour lui, il s'ecroule selon le meme procédé, cher a Azazel: voyant sa cible devant lui, il ne sait pas qu'elle est en meme temps derriere lui...

    C'est donc une victoire incontestablepour notre demon ecarlate, qui selon ses habitudes, liote ses adversaires avec de detritus trouvés dans la rue... Le sort des clandestins de l'atelier est desormais entre les mains de la ville et de ses autorités...

    Mais qu'enest il de Constantine et des autres? Sont'ils en danger? Comment vont-ils s'en tirer? Azazel est inquiet, et decide de ne pas perdre de temps

    La Vision
    Vautour

    Nombre de messages : 8
    Né le : 1987-09-16
    Région : 82
    Date d'inscription : 29/11/2005

    Re: Freedom Legacy...

    Message par La Vision le Ven 03 Mar 2006, 01:30

    ******************
    "Encore de la flotte" se dit Constantine. Ce soir il pleut, mais ce n'est en fin de compte qu'un jour comme les autres pour lui. Paragon City est comme toujous le berceau de ses activités, et il veille comme il peut à la securite des ses citoyens.

    Peut etre fait il cela en vain, peut etre s'accorde-t-il des droits qui ne lui reviennent pas, mais il estime qu'etant capable de le faire, il n'y a pas de raison de ne pas le faire.

    C'est pourquoi il sort de chez lui tous les soirs, en efrayant comme il se doit les petits truands, les voleurs de sacs sans envergure, les voyous de toutes sortes qui constituent la lie de la societe. Constantine ne les juge pas, mais il agit tout de meme selon le principe qu'il existe toujours un moyen de s'en sortir, autre que le vol et la criminalite. Il y a bien sur d'autres points de vue, mais sa reflexion s'arrette là, surtout lorsqu'il voit le mal s'etendre sur la ville, quand le soleil et la lune se croisent dans le ciel tourmente de Paragon City.

    Ce soir, le trafic est plutot fluide. Une nuit bien calme s'annonce, car meme les criminels les plus endurcis ne sortent pas lorsqu'il pleut de la sorte. Peu de chances donc de voir Paul, Azazel ou Zakharya en ville. Peut etre qu'il croisera le demon des sables, mais il ne faut pas compter sur les deux autres surtout Zakharya qui a une sante fragile.

    "C'est fou, se dit-il a propos de ce dernier. Je l'ai vu voler a des hauteurs strathospheriques, pulveriser des rochers, reduire un tank au format cannette, mais un simple rhume le cloue au lit pour une semaine.

    Constantine en est là de ses reflexions, lorsqu'un son melodieux, qui couvre le bruit de la pluie, attire son attention. Vraisemblablement, ce son est produit pas un instrument à cordes.

    Notre heros ne les a pas vus arriver, mais se tiennent a quelques metres de lui deux individus, qu'il ne distingue pas parfaitement. D'emblée, il sent l'hostilité emaner de ces deux personnes. Depuis le debut de sa "carriere", le jeune homme sait que le danger peut surgir de nulle part, à n'importe quel moment.

    Pour l'instant, il prend le parti de ne pas reagir. Les deux hommes en face tiennent justement un instrument. Il semble assez lourd puisque ils le tiennent de main ferme, ce qui mobilise aparement leur attention.

    Tout a coup, l'un d'eux se met à parler, proferant des sons inaudibles, certainement dans une autre langue. Sans perdre de temps, le second se met à jouer du mysterieux instrument. Ses doigts courent sur les cordes, formant une melodie harmonieuse, agrementée cepandant par le crepitement de la pluie, dont les gouttes ruisselent sur le visage de notre heros.

    Celui-ci attend un quelconque effet, toujours sur le qui-vive. Soudain, sans qu'il ne comprenne quoi que ce soit, notre heosse retrouve assalli par une dizaine de creatures. Des etres cauchemardesques, à la figure decomposée qui revele un rictus infernal, propre au squelettes. Tous sont revetus d'une armure archaïque qui peuple les legendes orientales. Et tous semblent animes d'une meme conscience, qui les pousse à attaquer notre heros.

    De leur cote, les musiciens n'ont pas cessé leur melodie, tandis que les demons continuent à se ruer sur le jeune homme. Ceux-ci sont tres forts, et surtout tres nombreux, meme trop nombreux pour Constantine. Auncun repit ne lui est laissé, les lames acérées des demons ne cessant de fendre l'air. La melodie ne s'arrette pas, et Constantine a de plus en plus de mal a faire face. Malgre qu'il soit occupé à se battre, notre heros commence à comprendre: l'instrument sert en fait à invoquer les demons, et leur presence est aussi longue que dure la melodie. Ce qui veut dire que tant que l'autre joue, il n'aura pas la paix.

    La pluie redouble d'intensite. Le jeune homme est desormais debordé, et les attaques viennent de toutes parts, sans qu'il puisse rien y faire. Dans les mouvements de ces ennemis, Il ne decele aucune rage, mais plutot un automatisme inquietant, qui ne les rend que plus redoutables.
    Puis, la melodie change, les notes deviennent plus mordantes et plus agressives, tandis que le nombre de creatures augmente. Constantine a beau les detruire un par un, il n'en est pas moins depassé. Epuisé, il ne trouve aucun moyen de faire cesser l'infernale musique.

    Les pensées de notre heros sont de plus en plus decousues, et l'emmenent à prendre une decison, sans doute à contre coeur. Oui, notre invincible pantin de la justice, celui qui passe sous un camion et qui se releve, celui pour qui une chute du haut d'un immeuble est un echauffement musculaire,pour qui le metal est aussi dur que du papier maché, a decidé de fuir l'ennemi jugé trop fort et en position dominante.
    "Puiqu'ils veulent ma peau, ils n'ont qu'a venir la chercher!"

    Contenu sponsorisé

    Re: Freedom Legacy...

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 16 Oct 2018, 15:54