The Vigilante

    Partagez
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    The Vigilante

    Message par Ben Wawe le Lun 21 Mar 2005, 16:34

    The Vigilante #1

    Ce fut d’abord la douleur qui le réveilla. Une douleur âpre, violente, agressive. Il ne pouvait pas déterminer où il avait mal, il savait juste qu’il souffrait. Il ne pouvait pas bouger, pas crier, pas sentir, rien. Il n’avait que la douleur qui transperçait son corps qui devait être meurtrit. Mais par quoi ? Ou qui ?

    Ses années de lutte lui avaient appris à toujours se tenir prêt, à toujours utiliser chaque instant où l’adversaire le croyait hors course pour récupérer, se lever, se battre et gagner. Mais là, il n’y arrivait pas. Malgré tout ce qu’il avait, l’homme ne pouvait surpasser la douleur. De plus, ses sens étaient totalement inactifs. Pourquoi ? Il n’avait pas souvenir de s’être fait attaqué…d’ailleurs, il n’avait pratiquement aucun souvenir…

    « Adrian ? »

    Une voix sourde, diffuse et lointaine se fit entendre aux oreilles de l’homme. Il entendait. Donc tous ses sens n’étaient pas éteints. Il devait être sous le coup d’une drogue quelconque, et elle devait être en train de disparaître lentement…

    « Adrian ? »

    Encore cette vois, mais elle se faisait plus présente comme si il se rapprochait de celui qui parlait…il devait sortir lentement d’une longue inconscience.

    « Adrian, tu m’entends ? »

    L’homme aurait voulu répondre, dire quelque chose, bouger une partie de son corps, mais il ne pouvait pas…il essayait de se concentrer, mais son corps ne répondait pas, comme si il n’était pas encore réveillé…

    Soudain, alors qu’il se concentrait pour bouger un de ses doigts, la lumière arriva. Puissante, forte, lourde et terriblement douloureuse. Encore la douleur. Cela commençait à faire beaucoup, pensa-t-il. On aurait dit que ses yeux s’éveillaient lentement, comme si c’était la première fois qu’ils voyaient la lumière, que ses paupières se levaient pour faire apprécier à son cerveau les images de l’extérieur.
    Il ne voyait rien au départ, du blanc qui faisait mal aux yeux. Puis, petit à petit, l’homme commença à discerner des ombres, des formes. Lentement, douloureusement, ces formes devenaient des objets, il commençait à mieux entrevoir le monde autour de lui, même si il ne voyait toujours pas grand-chose. Au mieux, des formes, au pire, des ombres de cauchemars.

    « Adrian, tu vas bien ?
    - Qu…qu…i…ê…e…tes…vo…ous… ? »

    L’homme avait du mal à parler, à ouvrir sa bouche. Chaque syllabe était pour lui un effort surhumain, sa langue étant molle et son corps peu réceptif à ses ordres.

    « Mon nom importe peu pour le moment, Adrian Chase. Sache juste que si tu revis, c’est grâce à moi. Pour le moment, tu dois te rappeler de peu de choses. C’est normal, le processus de résurrection est douloureux et « zappe » un peu les souvenirs. Tu dois avoir mal aussi. C’est normal aussi, mais cela passera. Je vais partir avant que ta vue ne soit à nouveau opérationnelle, Adrian. On se reverra. Tu me dois tout, et tu vas bientôt me servir. Ne l’oublie pas. Mais pas de suite. Beaucoup de choses ont changé depuis ta mort. Il faut que tu te réhabitues. A ce moment là seulement, il sera temps de payer ta dette. »

    Il ne voyait pas du tout le visage de celui qui lui parlait. Il n’entendait presque pas sa voix, elle était trop diffuse. Pourquoi lui disait-il tout cela ? Qui était-il ? Pourquoi lui avait-il privé de son repos ? Adrian Chase se posa toutes ces questions, et voulut y répondre, mais la douleur, le sommeil et l’inconscience eurent raisons de lui, et il retomba dans le coma…




    Adrian se réveilla lentement, de façon moins douloureuse qu’avant. Il avait encore un peu mal, mais beaucoup moins qu’avant, et avec tout ce qu’il avait vécu dans sa vie, cela n’était pas grand-chose. Il était couché cette fois-ci, alors qu’avant il devait être assit sur une chaise, enfin c’est ce qu’il croyait avoir sentit. Mais comme ses sens avaient été hors service, il ne pouvait jurer de rien. Là, il était couché, et c’était tout ce qu’il voulait savoir : il aurait le temps de penser au passé quand il aurait sécurisé le présent.

    Chase se retourna sur les deux côtés du lit ou de l’endroit sur lequel il était couché, pour regarder sa taille en faisant semblant de dormir. C’était un lit simple et unique au vu de la distance entre ses bords. De plus, Adrian était sur des draps doux au touché. Donc l’hypothèse comme quoi il était prisonnier était à exclure, ses ennemis utilisant généralement peu les lits à draps comme prison. Mais alors, où était-il ?

    L’homme utilisa alors ses sens retrouvés pour chercher la trace d’une présence, humaine ou autre. Tout en ayant toujours les yeux fermés, Adrian écouta, renifla, pour sentir ou entendre quelque chose. Mais rien. A part une odeur de lit propre et de naphtaline, il n’y avait rien dans cette pièce.

    Chase ouvrit alors les yeux rapidement, se dépêchant de balayer du regard l’endroit pour éventuellement sauter et se protéger d’une attaque. Mais il n’y avait rien, comme ses autres sens et son instinct lui avaient indiqués. Avec sa vue, il pu faire une rapide observation des lieux. Il était dans une chambre de taille moyenne, aux volets fermés. Son lit était un lit à rebords en bois un peu surélevé. Il y avait une table de nuit à sa droite, avec verre et carafe dessus. Au fond à gauche se trouvait une vieille armoire en bois, et juste à sa gauche il y avait une porte du même matériau.

    Adrian décida de se lever, et de commencer à rechercher quelque chose pour se défendre, une arme au mieux, un bouclier au pire. L’homme blond se leva difficilement, son corps lui rappelant la douleur lancinante à chaque geste. Mais il continuait. Il chercha d’abord dans la table de nuit pour ne trouver qu’un piège à souris sous le meuble. Chase fouilla alors sous le lit sans rien trouver, puis s’attaque à l’armoire. Il y avait de vieilles chemises, un vieux jean et des pantalons anciens. Une paire de chaussure était posée à droite de l’armoire, ainsi qu’un caleçon et d’une paire de chaussettes de sport. L’instinct d’Adrian lui dit que cela devait être pour lui. Mais pourquoi ? Qui aurait pu l’aider ? Des inconnus, sûrement, mais pourquoi ? Ils ne connaissaient rien de lui, et pourtant ils l’avaient aidés…

    Chase, qui ne se rappelait rien à part son nom et son prénom ainsi que quelques souvenirs de guerre, cris et meurtres, s’habilla avec un t-shirt rouge, le vieux jeans et ce qui avait été posé à côté de l’armoire. Lentement, il ouvrit légèrement la porte pour entrevoir où elle débouchait. C’était un couloir assez grand, avec de la moquette jaune par terre et un papier peint pourpre sur les murs. Il y avait une lampe halogène au fond, juste à côté d’une porte entrouverte où des sons sortaient.

    Utilisant les méthodes d’infiltration qu’il connaissait étrangement par cœur, Adrian sortit de la pièce, observant chaque coin du couloir pour trouver un éventuel ennemi, mais il n’y avait rien. Chase refusait quand même de se relâcher, conscient que la douleur reviendrait plus vite si il se déconcentrait, et surtout il savait aussi que cette absence d’ennemis pouvait être un piège pour mieux le tuer.

    Il arriva finalement à la porte entrouverte, dans laquelle il jeta un œil discret et après s’être assuré qu’on ne pourrait pas le piéger. A l’intérieur se trouvaient deux personnes de 50 ans environ, un homme de taille moyenne, les cheveux rares et assez fatigué, et une femme aux cheveux blancs, encore alerte et tricotant une sorte de pull en laine en train de regarder les infos. Donc c’était soit le soir, soit le matin. Bonne indication.

    Chase, après être resté dix minutes à observer ses hôtes pour connaître leurs habitudes et savoir quand frapper, ouvrit lentement et sans bruit la porte, se faufila vers le fauteuil de la femme, attendit quelques instants, puis se leva et enroula son bras droit sous le coup de la vieille, faisant tout pour ne pas lui faire mal. Pas tout de suite, en tout cas.

    La femme étouffa un cri de stupeur tandis que l’homme tentait de se relever, mais eut peur pour lui et la vieille, et donc ne fit rien en fixant du regard Chase, qui était concentré et semblait être robotisé. Après quelques instants, il parla d’une voix monocorde.

    « Où suis-je ? »

    Ce fut l’homme qui parla, sa voix pleine de peur.

    « Che…chez nous…
    - Où ?
    - Ban…banlieue de Métropolis…
    - Comment je suis arrivé ici ?
    - Je…je vous ai trouvé dans…dans un vieux hangar et ramené ici…
    - Pourquoi ? J’crois pas vous connaître…
    - Vous…vous m’avez sauvé la vie, il y a plusieurs années.
    - Quoi ? »

    Adrian, surprit et conscient qu’ils ne pouvaient rien contre lui, desserra son emprise et libéra la femme qui n’osait toujours rien dire.

    « Vous ne vous rappelez pas ? Vous m’avez sauvé lors d’une attaque de banque…vous avez tué les voleurs, mais vous aviez eu raison, ils voulaient tous nous abattre…
    - Je n’ai pas souvenir de cela.
    - Vous ne vous rappelez pas ? Après tout, avec tout ce que vous avez fait, c’est normal de ne pas se rappeler d’un si petit événement…
    - Qu’ais-je fais de si exceptionnel ?
    - Et ben, toutes les choses quand vous étiez le Vigilant, monsieur Chase… »

    Le Vigilant…des flots de souvenirs revinrent alors à un Adrian Chase médusé et comme frappé par la grâce…il se rappela alors pratiquement tout…sa vie…sa famille…son travail…ses amis…ses fiertés…son amitié avec Robin…puis…l’horreur…sa famille tuée sous ses yeux…il revoyait encore la scène, et elle faisait toujours aussi mal. Il tomba à genoux sous le coup des souvenirs. L’homme voulut l’aider, mais Chase rejeta son aide et rejeta la douleur. Il devait continuer, il devait se rappeler…il revit le moment où il devint le Vigilant…il revit les luttes, les combats, les blessures…il revit son ennemi juré, l’Eléctrocuteur…il revit la traque qu’il dû subir…et enfin, il revit sa mort, son suicide, ce qui le fit tomber une nouvelle fois dans l’inconscience, pas sûr de vouloir revenir après avoir revu les tourments de sa vie passée…
    avatar
    MJ/Peter
    Shocker

    Nombre de messages : 375
    Né le : 1989-08-27
    Région : Ardennes (08)
    Date d'inscription : 15/09/2004

    Re: The Vigilante

    Message par MJ/Peter le Ven 29 Avr 2005, 15:09

    pas mal l'histoire merci ! Thwip Snikt Daredevil


    Dernière édition par le Sam 30 Avr 2005, 05:05, édité 1 fois
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    Re: The Vigilante

    Message par Ben Wawe le Ven 29 Avr 2005, 19:27

    quoi ?

    Contenu sponsorisé

    Re: The Vigilante

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 16 Oct 2018, 14:43