The Last Hero

    Partagez
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    The Last Hero

    Message par Ben Wawe le Lun 07 Mar 2005, 23:00

    Ma 1ere saga, celle qui inspire Utopia...

    The Last hero


    Le vent violent fouettait son visage, et il ne pouvait presque plus avancer. Cela faisait deux heures qu’il escaladait la montagne, et le sommet lui semblait toujours aussi haut que lorsqu’il commença à monter. L’homme rouvrit un instant les yeux, et découvrit un abri, une sorte de caverne creusée dans la roche. Il réussit à s’y abriter, et put enfin se reposer. Il sortit de son sac à dos une barre de chocolat et commença à la déguster tout en repensant à ce qui restait de sa vie.

    Cela faisait 5 ans maintenant que sa maison, sa ville, son pays n’étaient plus qu’un souvenir dans son cœur. Il ne savait pas très bien ce qu’il s’était passé. Il se rappelle juste que le 11 février 2003, le jour de son 11e anniversaire, une armée vint raser, piller sa maison et sa vie. Ses parents se sacrifièrent pour le sauver, et il put s’enfuir grâce aux portails de téléportations crées par des mutants et la technologie humaine. Il atterrit dans une grande salle remplie d’autres gens comme lui, et il vécut avec d’autres réfugiés durant 2 ans. Il apprit là-bas à survivre, à voler, à se débrouiller quoi.
    L’inconnu se réveilla quand il commença à ne plus sentir ses doigts. Le froid et la neige l’avaient engourdis, et le rappel de sa vie lui avait fait oublier tout ce qu’il avait appris pour survivre. Il se releva et recommença la montée de la montagne.

    Après encore une heure d’escalade, il arriva au sommet, le paradis tant convoité par tous : la Terre Sauvage. C’était le seul lieu qui avait résisté à l’attaque des Autres, ceux qui avaient réduits le monde en un chaos sans fin. Ils ne pouvaient pas monter les pics enneigés, les lacs gelés et les mille dangers qui rôdent en Antarctique. Lui avait réussi grâce à un guide, malheureusement mort il y a 2 jours. Depuis, il allait à l’instinct, et ne put qu’encore le remercier d’être si fort, car son instinct venait de le mener à l'entrée du paradis.

    L’adolescent descendit le moins vite possible la montagne, et se retrouva dans une jungle luxuriante où il faisait une chaleur torride. Il enleva toutes les couches d’habits qui l’avaient protégés du froid, et commença à marcher vers ce qui semblait être une habitation. Malgré son expérience, il ne vit pas le piège qui l’enferma dans une cage de bois. L’inconnu ne pouvait plus rien faire, il était pris au piège, et cela équivalait sûrement à une mort certaine. Il sentit une légère douleur dans sa nuque, et s’endormit presque aussitôt.

    Le jeune homme se réveilla plus tard, non attaché, libre de ses mouvements, sur un lit douillet, avec de la nourriture à côté. Trop affamé, il ne fit pas attention à la personne qui rentra dans la chambre.
    « Tiens bonjour, jeune homme. Comment allez-vous ?
    - Qui êtes-vous ? et qu’est-ce que je fais ici ?
    - Je me nomme Shanna. Je suis…j’étais la femme de Ka-Zar, le seigneur de cette région. Depuis la mort de mon époux, je survis ici. Mais toi, qui es-tu ?
    - Je m’appelle Alex. Alex Forrester. Merci pour ce repas.
    - Oh, c’est normal. Après t’avoir capturé, j’ai vite vu que tu n’étais pas dangereux.
    - Et comment ça ?
    - Je ne sais pas, un instinct. Bon, tu veux visiter mon chez moi ?
    Alex accepta l’invitation, et fut émerveiller par la beauté du paysage…et de Shanna. Elle lui apprit comment elle avait réussi à survivre après l’attaque des Autres à New-York, la charge suicide des super-héros, leur mort et aussi celle de son mari. On sentait une grande tristesse dans les yeux de la veuve de Ka-Zar, et Alex était désespéré de ne pouvoir l’aider.

    Les jours passèrent, et Alex aidait Shanna à survivre dans ce monde devenu hostile pour elle. Un lien de confiance et d’amitié s’était installé, peut-être même plus pour Alex. Elle lui apprit comment pêcher, chasser, faire des pièges : tout pour survivre dans la jungle tout en respectant les animaux. Ils semblaient heureux tous les deux, avant que je m’en mêle.

    Moi, c’est Paulo. Je suis le chef d’une meute, c’est-à-dire des survivants qui essayent de s’en sortir malgré les Autres. Bon, ok on n’est pas des anges. On fait des tas de trucs moches à des pauvres gens, mais ils se gêneraient pas si ils étaient à notre place.
    Donc moi et mes gars ça faisait quelques jours qu’on le suivait le petit gars. En fait, on l’avait suivi juste après qu’il soit parti avec son guide. Nous aussi, on voulait aller au paradis. Mais pas pour la même raison que lui. Héhéhé.

    Alors moi et ma meute on a attendu. On a bien observé leurs habitudes, et on a frappé un jour où il était parti à la chasse. Shanna ne put rien contre nous. On dévalisa sa baraque, on détruisit tout. Mes hommes, après des semaines d’abstinence, ne purent se contenir et violèrent une quinzaine de fois Shanna. On l’acheva dans un élan de pitié.
    On allait partir quand le gosse revint. Il était tétanisé par la vision de Shanna allongée, violée, égorgée. Il ne pouvait plus bouger. On en profita pour filer, sauf un qui voulait ses habits. On ne le revit plus jamais…

    Quelques jours plus tard, à notre campement, on remarqua qu’une sentinelle manquait à l’appel. Je décida d’aller voir où ce couillon était, quand je le découvris mort, crucifié. Je savais qui avait fait ça. C’était le gosse. Je donna l’ordre de tous rentrer, mais certains ne revinrent jamais. On ferma les portes du camp, et je mis des sentinelles partout. C’était peut-être excessif, mais j’avais appris à ne jamais trop me méfier des survivants.

    On attendit toute la nuit. Rien ne se passa. Enfin, quand je donna l’ordre de diviser par 2 le nombre de gardes, un de mes hommes siffla très, très fort. Je fus interloqué de sa conduite, quand je le reconnus : c’était lui, le gosse ! ! !
    Il venait d’appeler tous les animaux de Shanna, et ils défoncèrent les portes. Ce fut un vrai massacre, mes hommes furent détruits par la furie animale. Je voulus m’enfuir quand une lance vient me percer la cuisse droite. C’était lui, c’était Alex. C’est à ce moment précis que je me suis rappelé de tout. Là, il va sûrement me tuer. Mais il paraît que c’est un grand fan de super-héros. Peut-être veut-il leur ressembler. Peut-être va-t-il respecter leur fichu code de l'honneur. Je vais essayer de jouer là-dessus quand il sort la lance de ma cuisse pour me la mettre en plein cœur.

    Si c’est le dernier héros que nous avons, Dieu nous garde. Parce que le monde ne lui survivra pas...
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    Re: The Last Hero

    Message par Ben Wawe le Lun 07 Mar 2005, 23:01

    The Last Hero 2 : A HERO IS BORN

    Il faisait humide dans cette forêt vierge de malheur. Le pilote n’arrivait pas à maintenir son hélico assez stable pour qu’on se sente en sécurité, et on avait tous eu l’occasion de tomber du vieux coucou. Je déteste la jungle. Je crois que je l’ai toujours détestée. C’est grand, humide, dangereux, vert. J’ai toujours eu peur de tout ce qui est vert. Faut dire que mon expérience de la couleur verte n’a pas été la plus réjouissante. Figurez-vous que c’est à cause d’une chose verte que j’ai perdu ma femme, et que je suis désormais obligé de porter un appareil pour que ma tête reste sur mes épaules. Vous voyez que j’ai des raisons de pas aimer le vert.
    Beaucoup me disent fou. Comment ne pas l’être ? Je fais partis des derniers résistants humains contre les Autres. On est plus qu’une poignée, et il faut pas se leurrer, on va tous y passer. Je n’ai aucune chance de revoir ma ville natale, ni ma femme qui m’attend avec un bon repas, ni Betty et Bruce qui me sourissent en me voyant arriver.

    Enfin, on arrête la séquence souvenir. Le pilote me dit qu’on y arrive. Pff, me taper des milliers de bornes pour atterrir dans un campement de débiles en feu. Enfin, il ne restait plus grand-chose de ce camp. Les hommes qui gisaient là étaient tous morts, atrocement mutilés par des animaux. Certains n’avaient plus d’homme que le nom, car ce qui restait d’eux n’auraient même pas suffi à remplir un Tupperware. L’attaque avait été rapide, brutale, sans faille. Et le responsable de ce carnage se tenait là, debout, en train de regarder un cadavre.
    L’hélico se posa, et mes hommes et moi allâmes lui parler.
    « Mr. Forrester ?
    - Qui êtes-vous ? Vous voulez quoi ? Vous voulez les venger ?
    - Loin de moi l’idée de faire cela. Je venais m’assurer que l’argent du contribuable avait bien été dépensé.
    - Comment ça ?
    - Oh, c’est vrai que tu ne sais pas. Je te la fais courte. En gros, tu es destiné à devenir le nouveau Captain America, au cas où l’ancien aurait des problèmes. Comme tu le sais, c’est le cas, et on a besoin de toi, petit.
    - Attendez attendez. C’est quoi ce bordel ? Qui vous êtes d’abord ? Vous arrivez juste après que je me sois occupé de cette merde, vous me dites que je suis le nouveau Cap, et que je dois vous aider. Vous vous prenez pour qui ?
    - Pour Rick Jones, chef de la Résistance Humaine, dernier membre du S.H.I.E.L.D. et des Vengeurs.
    - C’est quoi le SHIELD ?
    - Supreme Headquarters of International Espionnage, Law-enforcement Division. En gros, ce qui reste des hommes libres.
    - Et qu’est-ce que tu veux que ça me fasse, boîte de conserve ? T’as même plus l’air humain, avec ton truc sur la tronche. Laissez-moi tranquille, j’ai plus besoin de l’aide des hommes…
    - Les gars, allez-y…
    Alex commençait à partir quand mes hommes tirèrent sur lui les décharges endormantes de leurs fusils. On le monta dans l’hélico, et on partit de ce monde beaucoup trop vert pour moi.


    Mmh, où je suis là ? Qu’est-ce qui se passe ? Bon, restons cool, et analysons la situation. 1, je suis plus en Terre Sauvage, je suis dans un truc qui bouge. 2, j’ai mal à la tête, donc décharges endormantes. 3, la boîte de conserve est pas aussi nulle qu’on dirait. Bon, allez, on ouvre les yeux lentement pour voir ce qui se passe.
    « Ah, tu es enfin réveillé,
    - Oui. Où on va ?
    - Sur l’Ile aux monstres.
    - Où ?
    - L’ex-demeure de l’Homme-Taupe, ennemi des FF. A cause de l’attaque des Autres, elle a on ne sait comment dérivée vers l’Antarctique. Cette île est composée de dinosaures.
    - Et qu’est-ce qu’on va faire dans ce Jurassic Park miniature ?
    - C’est là que se trouve notre base, et c’est là qu’on met au point les armes contre les envahisseurs. C’est d’ailleurs à cause de ça qu’on t’a fait venir.
    - Ah ouais ? Zavez encore fait une connerie hein ?
    - Oui, c’est cela. En gros, on a créé un tueur parfait, sans remords ni moral, indétectable à tout système de surveillance. Il devait être le prototype d’une armée composée de surhommes devant détruire à jamais les Autres. Les expériences ont très bien marchés, et c’est une vraie machine de combat sur pattes, mais…
    - …mais y a eu des complications hein ?
    - Oui. Il s’est rebellé, et a tué tous les membres de la base. On était tous en mission, et on ne l’a su que lorsqu’on a fait un balayage avec un de nos satellites. Ce qui est là-bas est…horrible, et il faut l’arrêter. Et il faut que tu récupères les données qui ont servi à créer ce monstre. Si il parvient à les trouver, il pourra créer une armée de clones de lui-même…
    - Je compatis, mais qu’est-ce que j’ai à voir là-dedans ? J’ai rien d’exceptionnel, je survis comme les autres.
    - Non. En fait, comme je te l’ai déjà di, tu es le nouveau Cap America. On a fait des tests sur des millions de bébés, pour voir lesquels seraient les plus aptes à supporter le super-sérum qui a fait de Steve Rogers le héros de l’Amérique. Et tu fais partit de ces bébés.
    - Mais pourquoi m’avoir choisi moi ? Je suis sûr qu’il devait bien en avoir qui voulaient devenir le nouveau Cap, nan ?
    - Ils ont tous voulus le devenir. Seulement…
    - Seulement quoi ?
    - Seulement ils n’ont pas supporté le traitement. Tandis que toi, ça va on dirait.
    - Hein, pourquoi ? Vous me l’avez injecté ?
    - Oui, depuis que tu es dans l’hélico. Maintenant, tu es plus fort qu’avant, plus rapide, tu récupères mieux et tu es plus résistant.
    - Merci pour ces cadeaux, mais je suppose qu’il faut que je m’occupe de votre création, hein ?
    - Oui, cela serait souhaitable pour ta vie. Car nous pouvons faire en sorte que le sérum devienne un poison pour ton corps.
    - Bon, ok, je vas vous aider. On arrive quand ?
    - On est arrivé.
    Je descends avec tous ces hommes qui semblaient si froids et si durs que même les tueurs de Shanna me semblent des enfants de cœur. Si eux, c’est les gentils, qu’est-ce que ça doit être les méchants. Rick Jones arrive vers moi et me file des habits de G.I. Joe.
    « Tiens, mets ça. C’est anti-balles et anti-froid, et ça montrera qui tu es.
    - Attends tu veux quand même pas que je mette ce T-shirt avec le drapeau US dessus, nan ?
    - Si, car tu es Cap America, l’espoir du monde.
    - L’espoir du monde, l’espoir du monde c’est vite dit…au fait, comment il est votre monstre, docteur Frankestein ?
    - Il s’appelle Creed, mais il aime se faire appeler Mister Creed. C’est un mutant psychopathe, avec un facteur auto-guérisseur. On l’a doté de 3 griffes sur chacune des mains, et il a été entraîné pour être le meilleur tueur de la planète. Il est vif, intelligent, calculateur, précis. Quand on le voit, c’est qu’il est trop tard. Et ramène-nous ces données, tu es le dernier espoir des hommes.
    - Ouais, ça me fait une belle jambe. Bon, à plus.

    Alex commença alors à courir vers la base, tombeau de beaucoup de personnes. Rick Jones resta là jusqu’à ce que Alex ne soit plus qu’un petit point à l’horizon. Quand ce fut le cas, il remonta dans l’hélico et dit : « Bon, on va chercher un autre Cap Junior. Je doute que celui-ci réussisse là où les 10 autres trouvèrent la mort. ». Et l’hélico disparut de l’Antarctique.

    Bon, me voilà dans cette foutue base. Alors, on va la jouer cool et on va essayer de survivre à ce no man’s land. Première constatation : la boîte de conserve m’a menti. Y a 5 gars qui ont le même costume de moi qui baignent dans leur sang. Y en a un qui n’a même plus de tête. En fait, il manque à chacun quelque chose. Un bras, une jambe, une main, une tête et un torse manquent à l’appel. C’est vraiment très, très glauque, surtout le cadavre où il manque le torse. Le reste du corps est éparpillé partout, aux quatre coins de la salle. Je dois faire une pause pour vomir, sinon ça sera trop dur…

    Bon, voilà je me suis remis. J’ai passé la première salle, ça va déjà mieux. Enfin, ça allait. C’est vraiment le musé du gore ici. Les cadavres des pauvres résistants sont tous plus monstrueux que les autres. L’un a le ventre ouvert, l’autre la cervelle qui tombe petit à petit de la tête arrachée. Les salles que je traverse sont pires que les précédentes. Ce type est un malade, il faut que je l’arrête. Même si ces malades de S.H.I.E.L.D. ne me menaçaient pas, je le ferais quand même. Cette chose n’est plus humaine, et même si je suppose qu’il a beaucoup dû souffrir, cela n’excuse rien.

    Bon, voilà sûrement la salle des ordis. Voyons comment trouver ces fichus infos. D’abord, faudrait que je trouve un ordi qui marche. Ah voilà. Bon, on l’allume. Merde, il bugue. Faut que j’aille trouver une autre salle d’ordis. Faut aussi que je fasse gaffe, pas que l’autre psychopathe me repère, comme les 7 autres pseudo Cap America que j’ai vu découpés en rondelles.

    Tiens, y a une salle avec des ordis là. En plus, y en a un d’allumer. C’est cool. Bon, cherchons ces foutus données. Aloooooooors, où qu’elles se cachent ? Ah, les voilà : Projet Creed. On fait enregistrer les données sur un CD-Room qui est dans mon équipement de Cap Junior, et on va à la recherche du monstre. Mmh, j’aurais pas besoin. Il est devant moi, et si j’en crois Jones, il est trop tard…
    « Encor un Cap Junior ? Jones n’a rien d’autre à me proposer ?
    - Ecoute, je suis là pour récupérer ces données. C’était ma mission première, mais ce que tu as fait aux autre fait que je vais m’occuper de ton cas…
    - Oh, tu crois que j’ai peur de toi ? Tu sais, je t’ai suivi depuis ton entrée dans le bâtiment. J’aurais pu te massacrer comme tes prédécesseurs, mais j’ai préféré m’amuser en regardant ce que tu allais faire. Mais là tu ne m’amuses plus…
    - Tu vas donc me tuer ?
    - Pas moi, mes enfants oui…
    Purée, comment j’ai osé lui parler comme ça ? Et que veut-il dire quand il parle de « ses enfants » ? Il me tourne le dos, c’est le meilleur moment pour l’attaquer. A trois je saute. Un. Deux. Tr…oh je sais maintenant qui sont ses enfants. Une cinquantaine de clones de Mister Creed me foncent dessus, griffes au vent, et n’ayant pas l’air de vouloir jouer au Monopoly…
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    Re: The Last Hero

    Message par Ben Wawe le Lun 07 Mar 2005, 23:02

    THE LAST HERO 3 : The End


    Mmh, où je suis ? C’est pas le complexe, ça c’est sûr. Même si on est en Antarctique, il peut pas faire aussi froid. Ok, j’ai jamais été bon à l’école en science (y a même plus d’école alors qu’est-ce que je dis ?), mais bon il fait trop froid. Je me lève doucement. Enfin, j’essaye. Parce que je suis attaché au mur. Enfin attaché est pas le mot, je sens pas de corde ou de lien. Vraiment bizarre. Comme si j’étais fondu dans le mur. Rah, si ce satané bandeau ne m’empêchait pas de voir, je pourrais…voir. Oula je suis vraiment crevé et pas bien si je commence à faire des trucs comme ça, même en pensée… Allez, man, t’es Cap America, t’es celui qui pourra sûrement sauver le monde des Autres, t’es la fierté de l’Amérique, tu DOIS pouvoir faire quelque chose. Allez, aaaaaaaaaalllllllllllleeeeeez !!!

    CRAAAAAAAAAAACK.
    Alex venait de s’extraire du mur. En effet, le jeune homme était attaché à un mur glacé. Il enleva son bandeau, et commença à tituber. Le froid, l’emprisonnement, la non possibilité de voir, tout cela avait perturbé Alex, et il tomba sur le sol, son corps victime du stress de ces dernières heures.

    Wow, où je suis ? J’en ai marre de me poser cette question. C’est vrai à la fin, soit on m’endort, soit je me fais frapper, soit je tombe dans les pommes. C’est bien de dormir, mais bon…
    Et si j’arrêtais de râler et que je cherchais où je suis, qu’est devenu la Creed’s Team et où il est le sauvage aux griffes ? Déjà, une bonne chose, je suis plus attaché. Et puis je suis dans un lit. Un lit moelleux, ce qui ne gâte rien. Ca fait si longtemps que j’ai pas été dans quelque chose de si doux…
    Mais bon, arrêtons de rêvasser, et au boulot. En premier, faut sortir d’ici. Y a une porte. Mais c’est sûrement un piège. Quelqu’un qui est capable de me sauver d’une horde de débiles avec des gros cure-dents aux doigts n’est sûrement pas du genre à me laisser tranquillement en liberté. Y a sûrement un piège. En toute logique, je devrais prendre le chemin de la fenêtre, me la jouer Spiderman. Mais j’aime pas la grimpette, et j’suis illogique…

    Alex sauta à travers de la porte, la faisant ainsi exploser en éclat. Il se trouva nez à nez avec un robot qui gardait sa chambre. Le robot allait le viser avec son bras quand le jeune homme lui décocha un coup de pied en plein tête, qui fit partir celle-ci dans la chambre. L’amas de métal tomba dans un bruit sourd.
    Alex descendit les escaliers qui menaient à sa chambre. Plus il descendait, plus il faisait froid.

    Brr, ça caille sérieux là. C’est pas pour dire, mais le proprio devrait penser à payer sa note de chauffage. Bon, voilà la fin de l’escalier, et y a une porte en fer. J’ai pas envi de me tuer le pied, alors on va y aller mollo. A 3, j’ouvre la porte. 1. 2. 2 et demi…

    Alex ouvrit la porte et resta éberlué par ce qu’il voyait. La pièce était une grande salle, où des dizaines de sculptures de glace étaient entreposées. Elles représentaient les vieux super héros, des mutants aussi. Alex était ébloui par tant de beauté. Ses yeux parcouraient l’immensité de la pièce quand il remarqua la personne qui le regardait. Au début, il ne la vit pas beaucoup. Normal, elle était loin. L’être lui fit un signe pour lui dire de venir. Alex approcha, et pu mieux le distinguer. C’était un homme d’une trentaine d’année, avec une barbiche, un casque sur la tête, un œil en moins, une cape, des morceaux d’amure sur le corps, et surtout il était fait de glace !!! L’homme lui parla alors.

    « Tu dois être Alexander Forrester, le nouveau jouet de Jones…
    - Je suis le nouveau Captain America, mais je ne suis le jouet de personne.
    - C’est ce qu’ils disent tous au début. Mais tu verras qu’on se joue vite de ceux qui se promènent en collants.
    - Qui êtes-vous ? Et on est où ? Et comment je suis arrivé ici ?
    - Je t’ai ramené du complexe. J’ai tué facilement les Creed, et j’ai emprisonné l’original. Et nous sommes au Wakanda.
    - Le Wakanda ? Le pays de la Panthère Noire ? Mais c’est en Afrique, et il fait normalement meilleur en Afrique qu’ici !!!
    - Certes, mais j’y ai élu domicile après la mort de T’challa, et j’ai donc gelé cette terre et ses habitants.
    - Mais pourquoi ?
    - Parce qu’ils n’auraient pas été d’accord, et car ils me gênaient.
    - Mais qui êtes-vous enfin ?
    - Vraiment, Jones a bâclé ton apprentissage. Je suis Robert Drake…
    - …l’ex-Iceberg des X-Men. Vous n’êtes pas mort avec les autres X-Men?
    - Non, et évite de me parler de cela. Lors de la dernière confrontation avec les créatures que nous avions engendré, les Autres, je fus blessé au visage, et mon coéquipier et ami Angel se sacrifia pour me sauver…
    - Vous dîtes que nous avons créés les Autres ?
    - Oui. Tu ne le savais pas ? Ce sont les scientifiques américains, en voulant créer une nouvelle arme, qui ont transmis la vie à ces êtres. Malheureusement, ils étaient trop puissants, trop intelligents, pour les contrôler. Ils s’échappèrent des labos, et commencèrent à vouloir un endroit à eux. Mais on les prit trop vite pour une menace, on attaqua ces paisibles créatures. Au début, c’est sûr, on gagnait. Mais les Autres apprirent la haine et la vengeance, et utilisèrent leurs terribles pouvoirs pour se venger de leurs créateurs…
    - Et c’est ainsi qu’on fit croire aux gens que les Autres étaient des E.T. . Et on appela les super héros à l’aide. Mais vous avez échoué, hein ?
    - Oui, mais je suis sur le point de vaincre. Enfin !
    - Comment cela ?
    - Grâce à une machine de Richards, le boosteur de pouvoirs, je vais créer une nouvelle ère glaciaire sur le monde pour enfin me venger !!!
    - Mais cela va tuer tous les hommes !
    - Et alors ? Depuis mon adolescence, j’ai toujours été détesté, frappé, parce que j’étais différent. J’avais enfin trouvé une famille, des amis, un ami surtout, et on me les a enlevé. Qui ? Pas les Autres, qui n’ont fait que se défendre, mais les hommes, les humains, les ondes plates. Eux ne méritent pas de vivre.
    - Mais certains sont innocents…
    - Personne ne l’est !!! Que ce soit le petit enfant qui deviendra tueur au service de l’Etat, ou bien l’employé de bureau qui blanchit de l’argent pour son boss, aucun être humain n’est innocent. Et c’est pour cela qu’ils doivent périr…
    - Crois-tu vraiment que les X-Men, que Angel aurait accepté que leur ami Iceberg fasse cela ?
    - Iceberg est mort lors de l’attaque des Autres, petit…

    En disant cela, Bobby gela le corps d’Alex. Il mit un gilet qui était relié à une immense machine. Après une hésitation, l’ex X-Man appuya sur un bouton et sentit la puissance envahir son corps. Une puissance incommensurable. Il pouvait d’un geste faire d’un continent une étendue glacée, il pouvait d’un claquement de doigt faire d’Alex une statue de glace. En poussant à fond ses pouvoirs, il commença à créer en Antarctique une vague de glace, qui grandissait de plus en plus et qui gelait tout ce qu’elle touchait. Et il donna l’ordre à la vague de faire le tour de la planète.
    Pendant ce temps, Alex tentait vainement de se débattre. Malgré ses pouvoirs, il ne pouvait rien. Rien du tout. Il devait assister impuissant à la fin du monde. Jusqu’au bout, il tenta de se libérer, mais il n’y arriva pas.
    Soudain, il sentit qu’il pouvait bouger. Il n’était plus prisonnier !!! Il se retourna pour voir Creed qui l’avait libéré. Ils n’arrivaient pas à parler, à cause du bruit que faisait la machine. Mais ils comprirent tous deux qu’il fallait aller arrêter Iceberg. Creed se jeta sur Bobby, mais il fut arrêté net par des centaines de pics de glace qui le transpercèrent. Apparemment, il n’était pas si invincible que cela. Alex , pendant ce temps, s’était jeté sur la machine pour la détruire. Mais il n’y arrivait pas. Il décida donc de débrancher la machine, quitte à recevoir le cour jus du siècle.
    Alex alla donc vers la prise, pendant qu’Iceberg riait de sa victoire prochaine. Rassemblant toutes ses forces, il arracha la prise de la machine, et reçut ainsi le surplus d’électricité. Malgré ses pouvoirs, il mourut sur le coup, comme Iceberg qui décéda d’un arrêt cardiaque suite au surplus de pouvoir.

    La vague d’Iceberg avait détruite les 2/3 du monde, mais surtout toutes les bases des Autres : les humains avaient été libéré par celui qui voulait les tuer.
    avatar
    MJ/Peter
    Shocker

    Nombre de messages : 375
    Né le : 1989-08-27
    Région : Ardennes (08)
    Date d'inscription : 15/09/2004

    Re: The Last Hero

    Message par MJ/Peter le Mar 08 Mar 2005, 12:17

    pas mal vraiment j'ai bien aimé
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    Re: The Last Hero

    Message par Ben Wawe le Mar 08 Mar 2005, 19:11

    merci. Smile
    avatar
    MJ/Peter
    Shocker

    Nombre de messages : 375
    Né le : 1989-08-27
    Région : Ardennes (08)
    Date d'inscription : 15/09/2004

    Re: The Last Hero

    Message par MJ/Peter le Mar 08 Mar 2005, 19:55

    tes histoires sont trés bien je trouve vraiment mais j'aurai aimé voir un petit combat contre les autres , tu pourrais faire les origines un peu les héros contres les autrees , enfin cet une idée !
    avatar
    Ben Wawe
    Chatte Noire

    Nombre de messages : 724
    Né le : 1987-02-11
    Date d'inscription : 26/08/2004

    Re: The Last Hero

    Message par Ben Wawe le Mar 08 Mar 2005, 22:38

    j'ai plus envi de laisser la vision des Autres au lecteur, de façon à ce qu'il imagine lui meme les monstres que c'est, de façon à l'impliquer dans le récit.

    Contenu sponsorisé

    Re: The Last Hero

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mar 22 Mai 2018, 14:38